4 sources de pollution intérieure à supprimer

4 sources de pollution intérieure à supprimer

Sans que nous le sachions, l’air intérieur de nos maisons, bureaux, écoles, entreprises,… est 3 à 5 fois plus pollué que l’air extérieur ! Nous n’avons hélas aucun moyen de le mesurer et ne nous basons que sur notre bon sens qui pour le coup n’en est pas un : la pollution c’est dehors avec les voitures et les usines et donc pas dans la maison. Perdu !

Le dernier rapport de l’ANSES datant de février 2017 nous apprend (en tout cas m’a appris à moi) que les risques liés aux expositions de pollution de l’air dépassent les gènes respiratoires. Ces études tendent à démontrer de part le monde des influences sur les problèmes cardio-vasculaires, le système nerveux central et les fonctions cognitives, des effets cutanés mais aussi des liens avec le diabète de type 2… Rien que ça !

90% de notre temps étant passé en intérieur, creusons un peu, histoire d’en éliminer le plus possible 😉

1- Les colles des meubles, des parquets et des moquettes

Meubles en mélaminés, parquets stratifiés, moquettes et tapis ne sont pas nos amis. Pourtant on en a tous quelque part dans la maison 🙁 Bourrés de formaldéhydes, ils sont très nocifs pour notre santé.

Que faire ?

• Lors de l’achat de mobilier, préférez le bois massif, sauf si vous obtenez la garantie que les panneaux sont de classe E1.
• Evitez les vernis classiques et autres vitrificateurs de parquets. Utilisez plutôt une huile dure, disponible chez les distributeurs de matériaux écologiques pour l’habitat.
• Si vous ressentez des symptômes d’irritation du nez ou des yeux, commencez par aérer régulièrement pendant plusieurs semaines. Si cela persiste, faites la chasse aux agglomérés, MDF, mélaminés non classés E1… et remplacez-les par du bois massif ou des panneaux à faibles ou très faibles émissions. Vous pouvez aussi les recouvrir avec un vernis ou un vitrificateur à base d’huile de lin et de résines naturelles, disponible chez un distributeur de matériaux écologiques pour l’habitat.
• Evitez moquettes et tapis. Si vous en avez, aspirez-les très régulièrement avec un aspirateur disposant d’un filtre HEPA.

2- Les bougies et encens

Rien de pire que les bougies parfumées qui brulent dans la maison. Une bougie en paraffine, si on y pense est forcément toxique puisque la paraffine est issue du pétrole…On se dit alors qu’on pourrait se retourner vers des bougies naturelles à la cire d’abeilles ou végétales.

Eh bien non, même la bougie la plus naturelle est une source de pollution ! Sans même prendre en considération la qualité des composants utilisés, le simple fait qu’une bougie se consume crée des émanations toxiques car la combustion d’une bougie est par définition incomplète. Pour faire simple, sachez que la fumée et l’odeur cachent forcément une pollution. 

Là, pour le coup, la solution c’est de ne plus en faire bruler 🙁

Et si vraiment, cela vous est impossible et que vous souhaitez tout de même en bruler de temps en temps, choisissez une bougie naturelle (de la cire à la mèche), sans colorants ni parfums ou alors ultra-naturel ! Bref, la bougie qui coûte un bras.

3- Les produits d’entretien

Tous les produits d’entretien, écologiques ou non, polluent notre intérieur. Des études régulières mettent au pilori bon nombre de produits vendus en grandes surfaces mais pourtant nous continuons à les acheter. Il faut dire que le marketing est redoutable dans ce domaine. On nous promet chaque jour que notre maison va être propre sans efforts et sans huile de coude, alors oui ça fait rêver….

Mais le rêve passe au cauchemar quand on épluche la liste des composants. A savoir que ces composants volatils se transforment au contact des agents polluants de notre air intérieur ! Un vrai traquenard 🙁

Et là c’est le défilé des yeux qui piquent, problèmes d’asthme, irritations sur la peau, maux de tête et j’en passe. Et je ne vous parle pas des dégâts causés pour l’environnement une fois que ces produits sont évacués dans nos égouts.

Alors que faire ? Deux solutions :
– on fait soit même ses produits ménagers avec des produits simples tels que vinaigre blanc, savon de Marseille, savon noir, bicarbonate de soude, huiles essentielles,…
– on achète des produits simples de chez simples, respectueux de l’environnement et minimisant l’impact sur notre santé. Et stop aux parfums chimiques et bombes désodorisantes.
– on arrête de mettre des doses de cheval !!! Ce n’est pas parce qu’on en met plus que ça va mieux fonctionner.
– on aère quand on fait le ménage.

Dans tous les cas vous trouverez de bons conseils pour débuter sur le site de Galipoli qui propose des recettes et des kits tous prêts pour fabriquer vos produits sans trop réfléchir.

4- Les peintures sur vos murs et plafonds

Toutes les peintures, même celles à base d’eau, contiennent des solvants. En séchant, la peinture appliquée libère ces solvants dans l’atmosphère de la pièce repeinte. Ces solvants sont des Composés Organiques Volatils (COV) et peuvent provoquer des effets graves sur la santé : asthme, allergies respiratoires, maux de tête, troubles neurologiques …

Alors voici quelques conseils si vous prévoyez de repeindre l’une de vos pièces :
– choisir une peinture avec très peu de COV. Exprimée en g/L, elle correspond à la quantité de solvants présents dans la peinture (exemple de 0.1 à 700 g/L).
– choisir ensuite un indice A+ sur l’étiquette obligatoire « Emission dans l’air intérieur » (mais il faut bien partir d’un COV très bas, sinon ça fausse la donne).
– aérer un maximum lors de l’application de la peinture et aussi après lors du séchage.
– vider la pièces des meubles et tissus qui risquent d’absorber les solvants.

5 – Et aussi

– On ne fume pas dans la maison ! La fumée de cigarette contient énormément de particules et gaz nocifs pour notre santé, nous le savons.
– On aère ses vêtements après le pressing : eh oui, là on est sur un nettoyage bien chimique !
– On fait réviser sa chaudière tous les ans pour optimiser sa combustion et éviter la pollution qu’elle dégage quand elle est mal réglée.

En conclusion :

On aère son domicile au moins 20 minutes par jour histoire de renouveler l’air. N’oubliez pas, nos intérieurs sont 3 à 5 fois plus pollués que nos extérieurs !
On choisit drastiquement nos produits ménagers, nos ameublements et nos produits de décoration.
On s’offre des plantes dépolluantes surtout capables de capter les formaldéhydes qui sont très présents dans nos maisons : Dracaena ‘Janet Craig’, Gerbera, Lierre, Néphrolépis, Palmier bambou, Palmier dattier du Laos, Palmier nain, Philodendron rouge,..

Y’a plus qu’à respirer 😉

Et vous, qu’avez-vous mis en place ? Quels trucs et astuces partageriez-vous avec nous ?

Laissez un commentaire