La gratuité : l’angoisse ?!

La gratuité : l’angoisse ?!

J’ai organisé ce dernier dimanche une « zone de gratuité ». Ni brocante, ni troc, ni charité, la « zone de gratuité » est un beau moyen de sortir de nos habitudes de jeter ce qui pourrait encore servir et d’entrer dans l’habitude du don-recyclage.

Nous jetons plus de 350kg de déchet par personne chaque année alors qu’une grande partie est bien souvent réutilisable. D’ailleurs plusieurs opérations de ce type sont organisées en France directement par les communautés de communes et leurs centres de tri qui se rendent comptent avant tout le monde de la quantité de choses en bon état que nous jetons.

Concrètement, cette journée avait pour but d’accueillir les dons de vêtements, chaussures, jeux et jouets, livres, cd, dvd, électro-ménager, outils de bricolage et jardinage ou encore objets de décorations. Tout devait être en bon état de propreté et de fonctionnement. Ensuite, chacun, qu’il ait donné ou pas, pouvait prendre à volonté ce dont il avait envie ou besoin.

Mes amis recrutés pour l’occasion et moi-même avons eu la chance et le plaisir d’être grandement remerciés pour cette initiative que beaucoup ont trouvé formidable.

Ces remerciements nous ont beaucoup touchés. Pas parce que nous les prenions directement pour nous et qu’ils flattaient nos égos (bon sûrement un peu quand même 😕 ) mais surtout pour le principe d’une reprise de communication et d’échange bienveillants entre nous tous, les humains.

Nous avons eu la joie de discuter simplement, gentiment avec tant de personnes d’horizons différents. Quel plaisir de se croiser et de se parler sans se demander « elle me veut quoi celle là ?», « pourquoi il vient m’enquiquiner lui ? », bref d’être dans la méfiance ou tout du moins de la ressentir face à soi. Quel plaisir de voir les gens se croiser, se parler, s’entraider dans leurs recherches…

C’est peut-être ce qui m’a le plus plu dans cette journée : ce doux moment de simplicité et d’échanges.

Mais je n’avais pas du tout envisagé LE problème qui se poserait à nos visiteurs. Qu’est-ce qui peut bien être un problème dans ce monde idyllique que je vous raconte là ? Eh bien justement le principe de base : la gratuité !

C’est terrible mais la gratuité nous angoisse. Le troc, l’échange sont plus rassurants car on a l’impression d’une équivalence. On a l’impression de n’avoir blousé personne, d’être honnête.

Alors que prendre des choses sans en avoir emporté : c’est l’angoisse. Prendre plus de choses que ce qu’on a apporté : c’est l’angoisse. Prendre « trop » de choses : c’est l’angoisse.

C’est terrible car je me suis fait bêtement surprendre par ce « problème ». Car en y réfléchissant bien, évidemment que moi aussi je rentrerais dans cette angoisse. On casse les codes habituels en rentrant dans une zone non-marchande. Même si dans une brocante on achète un bouquin 20 cents alors qu’il valait 20€ neufs on reste sur l’idée qu’on a fait une bonne affaire, pas d’angoisse du coup ! Il y a eu échange de monnaie sonnante et trébuchante contre un objet. On a fait un acte de commerce, on est au clair avec notre conscience !

Et j’en viens donc à élargir ma réflexion à ce sujet : comment en est-on arrivés là ?
Education, habitudes, statuts sociaux, capitalisme, société de consommation exacerbée ??? Un mix de tout ça qui nous est imposé depuis plusieurs années voir siècles et qui nous a éloigné peu à peu de la simplicité de l’entraide ? Je n’ai pas la réponse et je ne cherche pas à entrer dans une réflexion philosophique.
Néanmoins j’aime à me projeter et à imaginer qu’un nouveau monde est possible dans nos habitudes de consommation et qu’il nous permettra de (re)venir à des relations plus simples et donc saines entre nous tous.

Bien heureusement, cette journée a été un succès et beaucoup des dons faits ont trouvés de nouveaux propriétaire pour une seconde vie.

Reste à trouver aussi le bon équilibre dans la philosophie du don. Je m’explique, certains donneurs (une très grande minorité heureusement) pensent que le don peut être de qualité détériorée. Dans leurs esprits : puisque c’est gratuit, ça peut être pourri 🙁
Sachez chers donneurs, que les personnes heureuses de récupérer gratuitement des objets ou vêtements n’ont pas forcément envie de récupérer des choses cassées, sales ou ultra-démodées. Quand les moyens financiers sont serrés on peut quand même avoir envie que ça ne se voit pas forcément en extérieur. Et puis surtout ne tombons pas dans le poncif de penser que seuls les personnes en difficultés sont intéressées par ce type d’évènement, la « zone de gratuité » attire tout le monde, quels que soient nos revenus…

Les côtés positifs étant largement supérieurs aux côtés négatifs, je vous invite tous à organiser ce type d’évènement près de chez vous pour avoir le plaisir de partager de beaux moments comme nous avons pu le faire. J’ai d’ailleurs, à titre personnel, vécu un grand moment de joie et d’amour en trouvant de quoi habiller deux femmes en fauteuil tellement heureuse de trouver des vêtements à leurs gouts (sans parler des bijoux 😉 ) qu’on ne pouvait que craquer. Merci à vous mesdames pour ce merveilleux moment que j’ai pu vivre auprès de vous.

Et vous, qu’en pensez-vous de la gratuité ? Ca vous angoisse ou ça vous détend ? J’attends vos commentaires juste en bas.

4 Commentaires

  • Adeline

    J ai la chance d’avoir découvert, le dimanche matin, cette zone de gratuité qui a été pour moi une bouffé d’air. De changer les habitudes, de pas tout miser avec l argent, quel bonheur!. Ce genre d événement, de concept c’est l’avenir à mon sens.
    C’est vrai que je n’ai pas eu cette angoisse de prendre des vêtements car j’avais vais apporté des petites choses. Je pense que je me serai d avantage questionné sur la notion de gratuité si j’étais venue les mains vides….
    Merci Emmanuelle d’avoir créer cet événement. C’est positif pour l avenir, la planète et le bien de tous. Bravo! 😊

    • Emmanuelle

      Merci Adeline, je suis heureuse que la philosophie du concept ait fait son effet 🙂 et merci de votre participation. J’espère effectivement que la multiplication de ce type d’opération nous amènera vers un nouveau paradigme.

  • Françoise MOREL

    C’était une VRAIE zone de gratuité : un partage global, et pas individuel. On donne ou pas, on prend ou on prend pas, qu’importe : une expérience menant vers la grâce, dénuée de toute soi-disant « valeur » des choses, si ce n’est l’essentiel, la joie qui brillait dans tous les yeux de ceux qui sont venus, ce partage en conscience que nous sommes UN et pas 7 milliards séparés dans ce monde. Merci pour cela aux organisateurs avec lesquels j’ai passé un moment de joie en conscience de VIE.

    • Emmanuelle

      Merci à toi Françoise pour l’aide que tu nous as proposé spontanément et gentiment avec simplement le soucis d’aider et de servir la cause 😉
      Très heureuse d’avoir fait ta connaissance, j’espère que nous aurons la joie de te croiser de nouveau.

Laissez un commentaire