Ma cuisine écolo en 2 points stratégiques

Ma cuisine écolo en 2 points stratégiques

A force de faire les choses d’une certaine façon on ne se rend même plus compte qu’elles peuvent paraître surprenantes voire bizarres pour d’autres !

Souvent quand on prépare un repas pour des amis, quand ils arrivent tout est prêt (enfin si tout va bien). Et quand ça va moins bien, soit c’est qu’on est (très) en retard soit c’est qu’ils sont (très) en avance 😉

Et c’est ce qui m’est arrivé il y a peu de temps…Des copains en avance voire très très en avance !! Du coup, nous avons cuisiné ensemble ce qui était très sympa d’ailleurs. Mais surtout, par l’étonnement manifesté de mes amis, je me suis rendue compte que j’avais adopté une façon particulière de cuisiner.

Au cours de mes pérégrinations dans le pays du « consommer moins » j’ai acquis pas mal de réflexes. En voici quelques-uns que je vous invite à adopter pour gagner en efficacité et en consommation d’énergie.

Mon amie la bouilloire

consommation kWh bouilloireVous souvenez-vous de mes expériences et mesures de consommation pour faire chauffer mon eau pour le thé ? Au cas où une (re)lecture d’impose c’est ici.

J’avais alors découvert qu’il est bien plus économique d’utiliser sa bouilloire pour faire chauffer de l’eau (et plus rapide en plus ce qui n’est pas le moindre des avantages). Donc j’utilise ma bouilloire non seulement pour mon thé mais aussi pour faire cuire tout ce qui se cuit à l’eau : pommes de terre, pâtes, riz sans parler des soupes,…

Mon gaz ne sert alors qu’à maintenir la température de l’eau déjà chauffée à 90°C. 

Ma bouilloire est donc devenue en quelques mois ma meilleure amie dans la cuisine 😉 

Et c’est bien beau de faire la cuisine….mais un moment il faut faire la vaisselle ! Eh oui, là on fait moins les malins tout de suite n’est-ce pas ? Je suis équipée d’un bon lave-vaisselle qui dispose d’un mode éco mais les casseroles, faitouts et autres plats à tarte ou à gratin nécessitent un lavage à la main. Et devinez quoi ? Ma bouilloire est à ce moment là encore ma meilleure amie. 

Notre chauffage au gaz de ville produit de l’eau chaude au fur et à mesure. C’est très bien mais l’inconvénient reste dans le temps à attendre avant d’avoir de l’eau chaude 🙁 Et là, le débit d’eau froide en attendant l’eau chaude me rend juste malade 🙁 Tout ces litres d’eau gâchés juste pour attendre de l’eau bien chaude pour la vaisselle…. 

Rappelez vous qu’un robinet débite entre 8 et 15 litres d’eau par minute. Donc avec la bouilloire : pas de gâchis ! Elle chauffe l’eau rapidement, ne gaspille pas d’eau, consomme moins que ma chaudière pour chauffer quelques litres d’eau et me permet de faire la vaisselle la conscience tranquille.

Ma folie des grandeurs

Comme beaucoup d’entre vous je suis sensible au gaspillage alimentaire. Mais ce n’est pas toujours facile de doser parfaitement les quantités de chaque plat surtout avec des enfants qui n’ont pas toujours le même appétit…

Il faut donc faire un atout de nos (mauvaises ?) habitudes. Comme j’en faisais toujours un peu trop, maintenant j’en fais carrément trop. Comme ça il y en a pour 2 ou 3 repas et hop au frigo ou au congélo pour des repas d’avance dans les semaines à venir. 

Par exemple je fais toujours 2 tartes en même temps. Ca ne change rien pour mon four et quelque part je réduis de moitié sa consommation en électricité par tarte. Ca ne rallonge pas extrêmement mon temps de préparation et je peux même dire qu’on perd moins de temps à faire deux tartes en même temps que deux tartes de façon séparée. Donc j’optimise : quel plaisir de ne rien avoir à préparer à manger et de sortir une tarte maison du congélo genre tard un soir de semaine quand on est claqué 😉

Ca fonctionne impeccablement pour mes tartes mais aussi pour des plats cuisinés tels que lentilles, chili, potée aux choux,..mais aussi gâteaux et cakes…. 

Ma folie des grandeurs devient donc économique et hyper pratique.

Avec deux petites habitudes de rien du tout pour moi je me suis rendue compte qu’elles étaient curieuses pour d’autres. En tout cas j’ai fait des adeptes en prouvant qu’il n’y avait rien de compliqué ou de difficile à cuisiner de cette façon et que les bénéfices en temps et en argent étaient profitables.

Alors convaincus ? Partagez cet article et dites-moi quelles astuces vous utilisez de votre côté.

2 Commentaires

  • Philippe

    Bonjour, c’est une bonne idée d’utiliser la bouilloire comme « chauffe-eau quasi-instantané d’appoint au plus près du point de puisage » surtout, si effectivement la production d’eau chaude en est éloignée. Beaucoup d’applications possibles. On peut alors ajouter une variante, encore plus écologique, pour l’hiver : la réserve quotidienne d’eau chaude sur la cuisinière à bois ou le poêle à bois. On pourra alors y placer cette bouilloire (électrique ou pas) qui sera obligatoirement en métal. La conséquence importante, selon moi, c’est qu’ il faudra choisir le poele de manière à ce qu’il soit obligatoirement muni d’une surface plane et horizontale. Avec une cuisinière, c’est encore plus fort : avec un peu d’entraînement, en choisissant bien l’emplacement du récipient, on peut régler finement la température souhaitée.

    • Emmanuelle

      Bonjour Philippe,
      Merci pour cette idée ! Ca me fait penser à mon arrière grand-mère qui avait une cuisinière à bois qui faisait tout : chauffage, cuisine, eau chaude pour la vaisselle…. Aujourd’hui on peut au moins retrouver cet aspect du maintient en température avec les nouveaux poêles qui se développent dans toutes les maisons.

Laissez un commentaire