Mieux s’éclairer pour consommer moins

Mieux s’éclairer pour consommer moins

Si vous êtes comme moi, vous retrouvez dans le rayon des ampoules d’un grand magasin de bricolage est toujours flippant ! Y’en a partout, dans tous les sens, sur 10 mètres de long avec un maximum d’infos qu’on ne sait pas déchiffrer. Et je ne vous parle pas de savoir s’il nous faut une ampoule à vis ou à baïonnette ! Bah, oui parce que évidemment entre la maison et le magasin on a oublié 😉

Pourtant le choix devient stratégique notamment pour éviter que notre compteur électrique ne tourne trop vite dès qu’on utilise la lumière. Car l’éclairage de nos domiciles représente 10 à 15% de notre consommation électrique (hors chauffage et eau chaude).

Alors voici une petite récap pour s’y retrouver 😉

1. Quel type d’ampoule choisir ?

Les ampoules à incandescence classique ne sont plus fabriquées car trop énergivores. Reste donc désormais dans nos rayons les LED, les LFC ou les halogènes.

  • Les lampes halogènes : trop consommatrices d’électricité, ces lampes ne seront plus commercialisées à partir de septembre 2018. Il faudra les remplacer par des LED ou des LFC. Donc on passe directement 😉
  • Les LFC (lampes fluocompactes) : on les connait ! Si, si, ce sont les ampoules qui mettent 3 heures à s’allumer vraiment 😉 Bon j’exagère, ça va plus vite maintenant. Le fait est, qu’elles sont par définition plutôt à utiliser dans des pièces que l’on éclaire sur une longue période (pas les WC quoi !).  Les 2 gros avantages des LFC : consommation électrique faible et durée de vie longue (8 000 h en moyenne). Par contre, il faut éviter de les mettre en éclairage extérieur. Elle n’aime pas le froid !
  • Les LED (diodes électro-luminescente) : jusque là utilisées pour les petits voyants lumineux type veilleuses sur nos ordinateurs ou télévisions, elles s’associent pour se transformer en « ampoule ». Les plus avantageuses de toutes les ampoules actuelles : elles consomment peu, ont une durée de vie longue (40 000h), s’allument instantanément et supportent d’être en intérieur comme en extérieur. Par contre, leur prix d’achat est bien supérieur aux LFC mais c’est à rapprocher de leur durée de vie. 

En résumé :

  • les LED s’utilisent dans toutes les pièces et même en extérieur et leur éclairage instantané leur permet de s’adapter à tous types d’utilisation.
  • les LFC ne sont pas adaptées aux pièces à éclairage de courte durée (type WC ou entrée) ou en extérieur.

2. Comprendre les indications sur l’emballage

Ça c’est le deuxième challenge ! Alors on passe au schéma (merci l’ADEME).

Comme on a été élevés aux Watts, les fabricants sont sympas : ils nous font encore le comparatif des lumens avec les Watts (points 1,2 et 3 du schéma). Mais je ne sais pas si ça va durer, il va falloir s’habituer aux indications en lumens un jour ou l’autre.

Une fois que vous avez choisi la puissance dont vous avez besoin, intéressez-vous aussi à la couleur donnée par l’ampoule (point 4 du schéma). C’est ce qui va faire que votre éclairage va rendre votre pièce chaleureuse ou au contraire froide. 

En gros, de 2000 à 4000°K, nous sommes dans les blancs chauds. Ensuite de 4000 à 5000°K on passe dans les blancs neutres ou « lumière du jour » et au dessus dans les blancs froids. Ces derniers ne sont absolument pas recommandés et notamment pas pour les enfants et leurs lieux de vie.

3. Bien utiliser ses ampoules

Une fois qu’on a choisit les bonnes ampoules, quelques petites précautions sont à prendre.

  • On ne regarde pas les LED les yeux dans les yeux. Ce n’est pas bon du tout donc on les habille avec des abats-jour ou des globes en verre poli.
  • On ne joue pas à collé-serré avec une lampe LFC. Elle émet des ondes électro-magnétiques qui pourraient à la longue être nocives. Pensez à éloigner vos lampes de bureau et de chevet.

4. Quand ça ne marche plus : on recycle

Et là on reste dans la logique du mieux consommer déjà abordé dans l’article 3 moyens pour consommer durable où j’explique qu’il faut suivre l’adage simple du « mieux acheter, mieux utiliser, mieux jeter ».

LED et LFC doivent être collectées en magasins ou en déchetteries.

Les lampes halogènes ne se recycle pas 🙁 Encore une raison de ne plus en acheter !

5. En conclusion

On achète des LED…

  • Leur durée de vie est très longue et leur consommation électrique faible.
  • Une lampe LED est rentabilisée en moins de deux ans par rapport à une lampe halogène.
  • La technologie est en plein développement et s’améliore d’année en année pour optimiser écologiquement son processus de fabrication et de recyclage.

Et vous, vous êtes passés aux LED ? Qu’en pensez-vous ? 

Source : ADEME

2 Commentaires

  • Sophie (Ma conscience écolo)

    Je ne sais même pas quelles ampoules j’utilise à la maison mais la prochaine fois j’acheterai des LED 🙂

    • Emmanuelle

      🙂 Il va falloir y regarder de plus près alors 😉

Laissez un commentaire