Voitures électriques : écolo ou pas ?

Voitures électriques : écolo ou pas ?

A l’heure de changer de voiture, je me suis posée plein de questions. Je me suis évidemment penchée sur la voiture électrique qui dans mon esprit (et sans trop réfléchir de prime abord) est écologique. Mais en creusant, j’ai bien vu que ce n’était pas si simple ! Alors pour faire le tri entre ceux qui fustigent la voiture électrique parce qu’ils ont des voitures à grosses cylindrées et qu’ils se donnent bonne conscience et ceux qui sont baba-écolo dans la lune à tel point qu’ils en oublient de réfléchir…voilà un point à date. Oui, je dis « à date » car dans ce domaine tout évolue très vite 😉

1.Le marché des voitures électriques est en plein boom

Boostées par les aides de l’État, les ventes ont augmentées de 65% en 2015 (vs 2014). On reste encore dans des chiffres marginaux mais tout de même : la tendance est là. Les acheteurs sont à 60% des particuliers mais beaucoup d’entreprises sont aussi passées aux véhicules électriques (La Poste, EDF,…) pour des questions d’image principalement.

Les motivations premières pour booster le développement de ce type de véhicule tiennent particulièrement au fait qu’ils rejettent beaucoup moins de polluants responsables de la dégradation de la pollution de l’air. Vous avez peut-être en tête la cloche de pollution que l’on peut voir au dessus de nos grandes villes.

A condition égales, en roulant, une voiture électrique émet l’équivalent de 9 tonnes de CO2 contre 22 tonnes pour une voiture à moteur thermique sur l’ensemble du cycle de sa vie (150 000 km et 10 ans).  

Mais ce qui plaît aux clients dans la voiture électrique c’est aussi :

  • Pas de bruits et donc plus de confort et moins de pollution auditive,
  • Pas de bruits c’est aussi l’impression que du coup c’est écolo, pas de fumée donc c’est plus sain…
  • Pas besoin de courir à la station essence, on peut recharger à la maison,
  • et ne nous mentons pas, c’est aussi se distinguer par un véhicule différent de celui des autres 😉

    2. Une production des véhicules polluantes !

C’est clair et le dernier rapport de l’ADEME à ce sujet le prouve. Nos voitures électriques sont plus polluantes à produire que les véhicules thermiques. Mais elles le sont beaucoup moins que le thermique à l’utilisation !

Il faut donc mesurer la facette écologique d’un véhicule sur l’ensemble de son cycle de vie (c’est le même principe que pour les appareils ménager : article disponible ici ).

Et sur un cycle de vie complet, la voiture électrique n’est pas plus énergivore que nos bons vieux diesels. Et j’inclue bien la fabrication de la batterie et la consommation d’électricité dans l’histoire. Par contre pour les véhicules thermiques on oublie vite de parler de la pollution générée par l’extraction du pétrole ! Et ça pour le coût ce n’est pas compté dans les études comparatives.

Donc c’est sûr, une voiture électrique doit absolument rouler pour diminuer l’impact de sa fabrication. L’optimisation serait entre 50 et 80 km par jour sur toute la durée de vie du véhicule.

Ceci dit, les recherches sur les batteries et leur fabrication avancent à grands pas, la donne risque de changer rapidement. Nous approchons de la capacité à produire des batteries de grandes capacité en n’utilisant plus du tout de terres rares par exemple.
En attendant, n’oublions pas que les batteries qui sont changées sur les véhicules électriques sont réutilisées pour stocker de l’énergie, elles ne sont pas mises au rebut immédiatement. Et désormais le recyclage s’améliore lui aussi.

Donc nous avons beaucoup d’espoir de ce côté là 😉

3. En France, l’électricité est nucléaire !

Bah oui, c’est pas très écolo ça… Mais le mix énergétique change. De plus en plus d’énergie verte est introduite dans le réseau et les ambitions de réduire drastiquement le nucléaire peuvent tout changer.

Et arrêtons de rester franco-français dans nos analyses. Le mix énergétique n’est pas le même partout ! Beaucoup de pays sont bien plus verts que nous en termes d’électricité. 

Cet argument là aussi va sauter au fur et à mesure de notre évolution.

4. Un véhicule plus adaptable

Le véhicule électrique reste plus fiable « mécaniquement » que les véhicules thermiques. Moins compliqué dans sa fabrication, les pannes sont moins récurrentes et moins importantes.

On peut aussi imaginer plus facilement des véhicules plus petits et passe-partout pour les centre-villes. Ainsi les livraisons et autres trafics professionnels seraient facilités.
Tout comme les transports en commun ou autres navettes permettant l’acheminement de nombreuses personnes sur de petits trajets .

5. Une réelle opportunité d’amorcer une nouvelle façon de se déplacer

Co-voiturage, location de voitures entre particuliers, voiture partage, location de voiture à la journée,… sont de nouvelles pratiques jusqu’alors inédites. Nous sommes de moins en moins dans le besoin de propriété de nos véhicules.

De plus, la plus grande agilité des véhicules électriques permet d’avoir des véhicules plus adaptés à nos besoins. Entre nous, avoir une grosse voiture de 5 ou 7 places pour aller au travail alors qu’on est toujours tout seul dedans…C’est quoi l’intérêt ?

6. Conclusion : pas écolo certes mais quand même bien plus respectueuse

Ok pour l’instant ce n’est pas écolo ni au moment de sa fabrication ni au moment de son utilisation quand le mix énergétique tourne autour du nucléaire ou du charbon !!

Néanmoins, voici les atouts actuels et à venir de ces véhicules :

    – Une pollution de l’air bien moins importante qui va considérablement réduire les coûts en terme de santé liés à la pollution atmosphérique. La pollution de l’air coute 100 milliards à la France chaque année selon un rapport gouvernemental publié en 2015. Et je ne vous parle pas des décès prématurés et du développement des maladies liées à l’asthme chez nos enfants…
    – une forte diminution de la pollution aux bruits.
    – un mix énergétique qui évolue dans de nombreux pays et qui va permettre à ces véhicules d’être plus verts lors de leur consommation énergétique quotidienne.
    – une fabrication moins polluante notamment grâce aux progrès enregistrés sur la fabrication et le recyclage de nos batteries.
    – un achat qui nous permet de devenir moins dépendant aux énergies fossiles.

Et pour finir, c’est un achat globalement plus cher qu’un véhicule thermique mais son usage permet des économies significatives car le coût de l’électricité, de l’entretien et généralement de l’assurance sont moindres.

Le point négatif pour moi reste aujourd’hui l’autonomie en km de ces véhicules qui est encore un peu courte si jamais on a besoin de faire un trajet plus long que d’habitude. Reste à adapter nos trajets et réfléchir différemment.

Donc moi je dis un grand OUI aux véhicules électriques ! Et vous, qu’en dîtes-vous ? J’attends vos commentaires 😉

Laissez un commentaire